Méli-mélo d'opinions, vraiment très géo-politiquement incorrectes, caricatures, cartes, photos et vidéos... You can to translate in English... Welcome!

Indépendance énergétique totale Project !

- Origine de l'idée de remplacement des moteurs thermiques par la propulsion électrique pour le transport en commun routier, et pour les véhicules utilitaires légers.

Ville d'Yverdon, Suisse, 1953, où deux Gyrobus à volant d'inertie ont été utilisé pour le transport public pendant sept ans en totalisant une longueur de parcours cumulés de 720000 km.
La recharge du volant s'effectuait lors des montées et descentes des passagers, au moyen d'une perche placée sur le véhicule, et prenait de 30 secondes à 3 minutes en fonction de la tension électrique appliquée aux bornes du moteur. Complètement chargé, un Gyrobus était autonome sur une distance de 6 km environ, à une vitesse d'environ 50-60 km/h. selon le type de véhicule et la charge de ces derniers.


 - Idée actuelle à partir de synergies réunissant les solutions de plusieurs entreprises. Produire des gyrobus équipés de deux volants d'inertie tournant en sens inverse pour éviter l'effet gyroscopique, volants d'inertie produits à partir d'aluminium, lin, ou/et chanvre. Equiper les bus et tram, de système hydraulique pour le démarrage et la production d'électricité au freinage, ainsi que de planchers piézoélectriques à double rendements (par les déplacements des passagers et des vibrations transmises par la route),  véhicules également dotés de toits photovoltaïques dont les polymères pourraient être organiques encore produits à partir de lin et de chanvre. Les recharges se feraient par le toit pendant les arrêts aux abribus, avec comme type de solution, celle proposée par le groupe suisse ABB (recharge en 15s)


Les abrisbus peuvent être en verres photovoltaïques (société Onyx Solar), avec volant de stockage à proximité (solution VOOS), mais la production serait certainement insuffisante, la compléter par des trottoirs solaires qui peuvent être aussi piézoélectriques.






Toutes ces solutions sont également applicables à des véhicules utilitaires légers, transformant ainsi les abribus en stations services, avec moyens de télépaiements semblables à ceux des péages d'autoroutes. De fait, cela démultiplie leur utilité et leur rentabilité , pour une taille de marché tout simplement mondiale ! A ceci il faudrait intégrer du verre photovoltaïque  sur les façades sud des futurs bâtiments, mais aussi remplacer les verrières des gares et des aéroports, tout en habillant les stades des villes.


Récupérer la chaleur des panneaux pour le chauffage et l'eau chaude (solution Dual Sun), poser des tuiles et ardoises thermiques sur les toits des bâtiments anciens (solution Thermoslate), faire de la climatisation avec le chaud (solution Helioclim), compléter le tout l'hiver, par des centrales à cogénération au bois pour les villes, et des foyers fermés plus des cuisinières à bouilleurs pour l'habitat individuel.



A cela s'ajoute l'immense potentiel inexploité que constitue les roues à aubes et les microturbines en milieu rural, car il y a 270000 km de cours d'eau en France, mais aussi 800000 km de conduites d'eau turbinables en fonction de leurs tailles (solution Lucid Energy), libérant ainsi l'électricité des barrages pour l'industrie, et qui est jusqu'à 10 fois moins cher que le nucléaire.



Pour les carburants, réserver le biodiesel à la plaisance, interdire le diesel pour les véhicules routiers, et le remplacer par du gaz, et du biogaz produits avec les déchets de l'agriculture et de la sylviculture, avec encore, 900000 km de routes, 39000 km de voies ferrées, 14000 km de réseau fluvial, pouvant accueillir sur toutes leur longueurs, des haies et arbustes produisant encore plus de biomasse, avec pour l'essence la production d'isobutène (solution Global bioenergie) et le recyclage des pneus et plastiques (solution Pyrum innovations). Produire des huiles moteurs végétales et interdire un maximum de plastiques remplaçables par des bioplastiques.


Interdire le fret routier international et limiter les camions à l'interrégional, tout en transvasant le fret sur le fluvial, le maritime côtier, et le rail.



Enfin, développer le télétravail, les horaires et repos décalés, délocaliser les ministères en province, pour répartir sur tout le territoire et fluidifier l'activité économique, sources d'énormes économies d'énergies. Relocaliser toute la chaine énergétique permettrait la création de centaines de milliers d'emplois directs et indirects.