jeudi 29 juin 2017

France: Bienvenue au pays de la médiocrité, bastion d'un égalitarisme forcené, sublimant la misère de la désolation intellectuelle!

BAC qui coule, n'amasse pas flouze!
Une prof de français se désole de la médiocrité des copies qu'elle corrige, qu'un ministère despotique et tentaculaire l'oblige à surnoter, pour donner un peu de valeur, et ainsi continuer de faire vivre, cet inutile et fort couteux symbole républicain qu'est le BAC pour tous.

Que voulez-vous, toute société religieuse a ses traditions, qu'il faut à tout prix faire perdurer, sinon c'est la religion elle même qui coule...

Et Ferry = kif-kif bourricots?
Et de quoi vivraient donc les prélats de l'Académie française, la légion de faux intellectuels qui nous explique tout ce qui ne va pas en prenant soin de s'oublier elle même, les profs qui d'un seul coup de baguette magique se retrouveraient en surnombre, pour cause de suppression des trois dernières années du secondaire, les journalistes et le petit microcosme subventionnés de l'édition?

A Combien l'immortalité des prélats?
Pour les profs, ont peut limiter le nombre d'élèves par classe dès le primaire, en y incluant au choix, des cours d'anglais, d'allemand et d'espagnol.

A quinze ans, la formation professionnelle en alternance prendrait le relais, mort de la Princesse de Clèves chez les boulangers, les informaticiens, et mal d'autres...

Mais franchement, on peut vivre sans*!

Autre ministère totalitaire!
Je rappelle qu'il existe des bibliothèques publiques pour ceux qui n'ont pas les moyens de s'acheter un livre, et que toute subvention en ce domaine, est donc totalement injustifié! Et même immorale, puisqu'il s'agit de détrousser le contribuable pour enrichir une fausse noblesse toute fardée de notre sueur.

Ce sont d'ailleurs les états totalitaires qui décrètent ce que doit être l'art d'un pays...

Comprenez la gigantesque escroquerie de ce système, produisant avec nos impôts toute une caste d'inutiles couteux parasites, dont certains feront énarques pour finir ministres, ridicules qui n'ont franchement rien de précieux...

Le Maire Vacation!
L'excellent mauvais exemple du moment, étant le ministre Bruno Le Maire en visite à Wall Street, intermittent à vie d'une république qui racole sans cesse et sans vergogne!

Franchement, à t-on déjà vu un ministre suisse s'abaisser à prendre des financiers par la main pour qu'ils viennent s'investir dans son pays?

Dans le même médiocre registre, l'on se souviendra de Hollande dans la Silicon Valley pour attirer les startupers ... Ben, y a toujours pas en France, une route d'environ 150 km de long, où s'agglutinent les plus high-tech des sociétés mondialisées!

Et les 34000 m2 de Niel, n'y change strictement rien (mais est où est passé le fret?)

D'ailleurs, les incubateurs ça sert à grandir, et une fois qu'on est grand, on s'tire, pour mieux remplir ailleurs, sa nouvelle tirelire...

Encore une fois, voyageur de l'inutile à destination de l'Absurdie, et triste clampin parvenu, car sans complexes, s'imaginant avoir réussi l'amalgame de l'autorité et du charme, peut être major de sa promotion, mais battant un trottoir, où il va faire ceinture, pour finir marron...

Non pas qu'il soit fainéant, il sait fort bien se débattre et surnager dans le chaudron de la mélasse des soupirants. Par contre en matière d'économie, son ministère actuel, il est doté d'un esprit tellement boiteux, qu'il peut aisément et sans se forcer, finir d'écrouler l'économie de toute une nation.


Déjà, il est nul en géographie, en plus d'être nul en économie, sinon il saurait que le Delaware est à Wall Street, beaucoup plus que ce que la Suisse est à la France, vu que 50% des entreprises du Dow Jones y sont domiciliées!

J'aimerais que Mr Le Maire m'explique, pourquoi ces gens qui font de l'argent en permanence, vont vouloir venir payer de gros impôts en France, alors que la City vient juste de se dégager de toutes obligations fiscales et administratives envers l'UE

Parce que là, franchement, j'ai du mal à comprendre la logique du gars censé être super intelligent, vu qu'il a réussi tous les concours les plus palmés de la républiques...

Mais il est vrai qu'un palmipède, ça bouffe et ça chie... A part ça, je vois pas? Ha si, ça nage aussi, d'où la performance dans le chaudron...

Alors je me propose de donner un petit cours d'économie fiscal, au lettré distingué par la caste de ses amis.

D'abord, la City peut émettre des obligations en euros, sans être dans la zone Euro, tout comme elle peut émettre des dérivés sur le change euro/Dollar, en buvant le thé et en admirant le coucher de soleil sur la Tamise...

Croire que la fin des facilités d'accès aux petits marchés actions de la zone Euro, c'est la fin de la City, c'est juste ne rien comprendre à l'économie du XXIe siècle!

Ensuite, une multinationale domiciliée au Delaware, va payer 300 euros de forfait fiscal à l'année pour tout ce qui concerne ses activités off-shore.

Qu'achetons-nous?
Donc, grâce à la mondialisation et ses accords de libres échanges inégaux, cette entreprise va produire dans un pays à bas coûts, via des sous-traitant dans lesquelles elle détient indirectement des participations majoritaires. Puis elle va vendre très peu cher cette production à une filiale basée en Irlande, filiale qui va approvisionner tout le marché de l'Union en faisant un maximum de marge, vu que la fiscalité irlandaise est du genre super light...

Bien-sûr, dans les pays revendeurs, les magasins paient un impôt, mais c'est peanuts en comparaison de la marge réalisée depuis l'Irlande où l'on parle en plus, anglais. Puis, la multinationale n'a plus qu'à faire tourner l'argent H24, de places financières défiscalisées, en places financières défiscalisées, tout en pouvant le réinjecter à tout moment au Delaware, afin que de s'y verser des dividendes totalement défiscalisés eux aussi...

Et c'est encore plus simple et plus rentable, pour un Google qui ne vend que des services dématérialisés.

Wall Street, Bull and Girl
Alors, plutôt que de tapiner sur Wall Street où il risque fort de croiser des plus sévèrement burnés que lui, monsieur le ministre ferait beaucoup mieux de mettre en place une fiscalité ultra light (1%) sur les plus-values de dérivés et les intérêts monétaires et obligataires, réalisés en toutes devises!

Folklore mexicain...
Et ce, sans soucier de l'avis de Mme Merkel, qui vient d'apporter son soutien au gouvernement mafieux mexicain qui espionnent la vie des journalistes du pays (pour mieux exercer certainement des activités guères morales)...

Et quand Paris ferme, les capitaux se déplacent instantanément en Guyane, puis à Tahiti, et enfin à la Réunion, avant que Paris n'ouvre à nouveau...

Sachant que le plus gros marché est celui de la dette et de ses dérivés, suivit de celui des changes, y a plus qu'à laisser les entreprises émettre leurs obligations cotées.

Dans ce cas-là, l'impôt est très bas, mais l'assiette fiscale est juste mondiale!

Gros pipeau est cette soi-disant lutte contre les évadés fiscaux (l'évasion est légal et même pas immoral), alors que c'est l'argent des entreprises qu'il faut capter, vu qu'elles génèrent le plus gros des transactions (notamment par le biais des dérivés comme instrument de couvertures).

Même Luci veut s'tirer!
Evadé, cela veut dire s'enfuir de l'enfer, de la prison, de l'endroit où l'on se trouve mal...

D'ailleurs ça devrait être un sujet du BAC, est-il juste est normal de pouvoir disposer librement de SON argent?

A l'inverse, est-il moral de vouloir culpabiliser et criminaliser les détenteurs de capitaux pendant que l'on finance avec l'impôt, des EPR et des guerres pour assurer l'approvisionnement en uranium, sans jamais organiser de référendum (comme en Suisse), pour savoir si les gens sont d'accord?

Et enfin, est-il normal de devoir demander l'autorisation de tout pour tout aux fonctionnaires européens, dont nous payons les salaires, toujours avec notre impôt?

Monnaie for Nothing!
Que Mr le Ministre de l'économie en quête de toujours plus de subsides, regarde bien le coût des chauffage de tous les ministères, et de toutes les collectivité locales, ainsi que de celui des entreprises publiques, et qu'il se mette enfin à penser pour un fois, plutôt que de tout le temps réciter des maux que d'autres lui ont inspiré...
Termi/Thermo


Et peut être qu'il va comprendre, que dans un paradis, le soleil, c'est gratuit!

A l'inverse, nucléaire, c'est très cher, et ça rime dramatiquement avec enfer!

Allez, Hasta la vista bébé... N'oublie pas que les électeurs vont te juger!

* Il n'y a aucun ministère de la culture aux Etats-Unis, pourtant, romans, films, séries, musiques et BD américaines, se vendent très bien (en dehors despays qui censurent pour des raisons politiques et religieuses) partout dans le monde!

Ce qui à mon avis, leur permet de financer le Delaware, parce que, à population égale, un tel ministère leur coûterait 75 milliards d'euros par an...