dimanche 23 avril 2017

Présidentielle: Appel à tous les candidats! Et ta Mer?


an
Fondation de la Mer
Bon d'accord, le dernier jour, c'est un peu tard...

N'empêche, nous avons le deuxième espace maritime du monde derrière celui des Etats-Unis, et pourtant les candidats n'en parlent pas, ou très peu... Signe de leur désintéressement pour un secteur qui rime avec futur, technologies, valeurs ajoutées, synergies, complémentarités, emplois, investissements, exportations, etc...

La fondation de la Mer à demandé à tous ces cancrelats candidats d'exposer leurs programmes et idées pour notre domaine maritime...

La première chose qui énerve, c'est la redondance des piètres réponses communes du style "modernisation des ports et connexion avec l'arrière pays"... Ce qui veut tout dire et rien à la fois.

Aucun effort de réflexion, aucun cheminement intellectuel qui posent les problèmes auxquels il faut apporter des solutions.

Alors que le fret fluvial est la main qui détermine toute l'utilité du bras de Mer, se substituant aux camions qui bientôt n'auront plus de place pour rouler sur des axes totalement sous-dimensionnés du fait de l'évolution du trafic, tout en consommant 4 fois moins de carburant à tonnage transporté égal...

De plus, ce carburant pourrait être du gaz de Houille en provenance des anciens bassins miniers qui se trouvent au Nord et à l'Est, justement là où il y a les grands ports et les canaux...

Ce gaz carburant, en plus d'être local, serait un avantage comparatif indéniable, jouant à la baisse sur les prix du transport de marchandises.

Ce qui veut dire aussi, des stations services GNL dans les ports, en lieu et place du fioul lourd, consommé à hauteur de 100 à 300 tonnes par jour et par cargo, et pouvant polluer jusqu'à 10000 km du lieu de ses émissions.



Aucun candidat n'a pris la mesure de ce problème mondial, ou plutôt ils ne veulent pas l'évoquer, car ce serait basculer du fioul lourd sur le gaz, historiquement, c'est Churchill qui remplace le charbon des navires de guerre de sa très gracieuse majesté, par du fioul justement...

Sachant qu'il y a environ 50000 gros cargos naviguant actuellement avec une durée de vie moyenne de 30 ans, je vous laisse imaginer la pollution qui en résulte.

Pourtant, imposer une durée de vie maximum de 25 ans aux navires qui naviguent dans les eaux territoriales françaises, pour les renouveler par des cargos au gaz, voir hybride, permettrait de remplir les carnets de commandes de nos Chantiers de l'Atlantique (plutôt que de nationaliser) et de sous-traiter chez DCNS, la Manche représentant 20% du trafic mondial de fret!

Convaincre Panama, plus utile que de mener des guerres d'opérettes avec des cocottes en "papers",  ainsi que l'Egypte, qui possède un gisement de gaz géant encore inexploité juste devant son canal.

Que ces deux pays comprennent que le réchauffement climatique engendrant la fonte des glaces de l'Arctique, et supprimant ainsi 6500 km de voyage entre l'Asie et l'Europe, n'est pas du tout une chance pour eux, ni pour nous, car cela va réduire le nombre de navires à construire.

Il ne l'est pas davantage pour les producteurs de gaz GNL, tel Trinité et Tobago, qui sur une planète qui va forcément consommer beaucoup moins de chauffage, vont voir des puits de pétrole et de gaz inexploités, devenir accessible du fait de la fonte des glaces, en y ajoutant les navires et les km en moins, dans un environnement hyper concurrentiel pour cause de surproduction, pas sûr qu'ils y survivent...

Quant aux petits états insulaires qui vont disparaître du fait de la montée des eaux, et très nombreux à l'ONU, je suis certain qu'il ne faut pas les pousser très fort pour qu'ils adoptent une résolution rendant  incontournable le gaz carburant dans leurs eaux...

Et puis il y a aussi la future exploitation des nodules polymétalliques, qui ne pourra se faire qu'avec des robots en raison de la pression fantastique qui s'exerce dans les abysses... Mais cela n'intéresse toujours pas les candidats qui n'évoquent même pas le sujet!



Pourtant, c'est un défi que DCNS et l'Ifremer sont à même de relever, alors que certain disent vouloir construire un porte-avion, sans même connaître le prix du dinosaure, qui sera totalement sans défense face aux prochains essaims de drones qui pourront à tout moment l'attaquer...



C'est donc des sous-marins nucléaires d'attaques porteurs de drones qu'il faut mettre en chantier!

Par contre, pour répondre aux besoins énergétiques des petits états insulaires évoqués plus haut, ce n'est pas de nucléaire qui fait l'affaire, mais bel et bien les énergies marines renouvelables, et la chose intéressent forcément tous les états côtiers également!

Mais conséquence des choix de candidats abrutis, cet immense marché dans lequel DCNS est à la pointe, risque fort de nous passer sous le nez pour cause de préférence avec l'invendable EPR, promut par l'inutile classe d'énarques qui nous dirige...



Alors, les candidats veulent tous un ministère de la Mer (sauf Fillon), idée louable, si il y a des projet à mettre dans l'enveloppe ministérielle...

Seul Cheminade parle de futures villes flottantes, alors même que le premier projet mondial de ce genre va se faire à Tahiti, et que c'est une solution à développer d'urgence face aux migrants qui arrivent en masse!



Presque tous parlent d'écologie, mais aucun d'interdire les farines de poissons, encore moins les fabricants de plastique, bouteilles, vêtements, sacs, etc...



Le plus pitoyable, c'est Fillon, le candidat qui se dit de droite, mais qui ne sait rien décider tout seul, avec pour unique option de mutualiser (collectiviser) dans la plupart des cas les problèmes, avec nos soi-disant partenaires européens, qui ne sont en fait que nos concurrents les plus proches...

Cette volonté affichée de n'être que le caniche de l'Allemagne, nuit gravement à notre potentiel et à nos activités maritimes, alors que le secteur occupe plus d'emplois que l'aéronautique...

"Au sein de l'Union européenne, le secteur naval de construction et de réparation, civiles et militaires, et de production d'équipements, représente un chiffre d'affaires d'environ 34 milliards d'euros et emploie plus de 350 000 personnes.
En France, les constructeurs et réparateurs français représentent 40 000 emplois en comptant les fournisseurs d’équipements navals.
Il s’agit de travailleurs français à 90 %.La principale force de la construction navale française c’est le savoir-faire, l’innovation et la haute technologie. Les chantiers navals exportent 80 % de leur production dans le secteur civil et 30 % dans le militaire, ce qui signifie, dans un monde concurrentiel ouvert, qu’ils réussissent à vendre du travail français."

Nous ne sommes pas, contrairement à l'Allemagne, une puissance continentale, il faut cesser le délire révolutionnaire napoléonien, guérir du complexe aussi vieux que le Saint Empire, oublier le fantasme des pieux royaumes francs du Levant en connexion avec la fumeuse Route de la Soie, pour enfin exploiter nos atouts! Ce n'est pas le cargo en provenance de Chine qui doit triompher, mais le paquebot pour les caraïbes, avec le Pacifique et l'Atlantique sud comme principales autres destinations...