Méli-mélo d'opinions, vraiment très géo-politiquement incorrectes, caricatures, cartes, photos et vidéos... You can to translate in English... Welcome!

mercredi 2 novembre 2011

Amaïh Le Monde!

Bonjours amis lecteurs, il y a quelques semaines un académicien avait dû avaler ses palmes en présentant  ses plates excuses suite à des propos diffamants sur Astérix et Goscinny.

Journal Le Monde
Le 25 octobre 2011 nouvelle récidive à travers le journal "Le Monde" cette fois, où deux personnages que je ne qualifierais pas de journalistes, tant ils ont oublié de lire l'oeuvre d'Hergé avant d'écrire leur post sur ce dernier, justement, ou plutôt, injustement!

Ces deux tristes sir , Samuel Blumenfeld et Frédéric Potet, ont en effet fabriqué un nouvel indigné en ma personne, en osant écrire ceci: "Quant à la ville marocaine reconstituée dans la bande dessinée - ville marquée par la colonisation française dont Hergé, en homme de son temps, se fait le chantre";


La plupart des gens liront cet article sans s'en offusquer plus que ça, mais moi je dis non!

Non aux mensonges, non à la manipulation de masse et non au révisionnisme qui consiste à faire converger ses vues personnelles en déformant l'intégrité historique!

C'est du vicieux qui se glisse subrepticement en une seule ligne dans le dernier paragraphe de l'article, et ce, afin de mieux pénétrer les esprits, et ainsi, sans provoquer nul rejet de leur part, mieux les formater aux idées des auteurs, pour que le plus grand nombre n'admire surtout pas ce génial créateur, mais horrible homme politiquement à droite qu'était Hergé.


Certes il y'a bien le petit "en homme de son temps" dans le texte, mais ce n'est certainement pas cela qui sera retenu, et c'est bien comme cela que c'est voulu!

Non, ce sont les mots "chantre et colonisation" qui à coup sûr s'imprimeront!

Mais soyons clair, ils ont tout à fait le droit de ne pas aimer Hergé et de ne pas aimer Tintin, raison pour laquelle je passe sur leur titre volontairement insultant, par contre, ils n'ont pas le droit au mensonge!

Et donc, aujourd'hui, ce ne sera pas un spécial tintin, mais bel et bien un spécial Hergé, à qui il faut rendre honneur pour son oeuvre.

Et pour être tout à fait honnête, vous pouvez lire l'article dans son intégralité en cliquant sur les vignettes, histoire aussi que l'on ne me dise pas que j'ai sorti les choses de leur contexte.

Enfin, dernière précision, j'ai voulu répondre sur le Monde, mais malheureusement il faut être abonné pour poster, donc je ne l'ai pas fait, mais sur ce blog, le droit de réponse, lui, est gratuit.

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2011/10/25/tintin-presque-rien-en-amerique_1591453_3476.html

Bon, après avoir croqué le Monde pour Halloween, nous allons parler d'Histoire, d'une belle histoire, celle de Georges Prosper Remy, né le 22 mai 1907 et  alias Hergé!

Issu d'une famille catholique pratiquante, il fera ses études et du scoutisme dans des établissements catholiques, ce qui déterminera par la suite ses débuts, en 1925, comme dessinateur pour un magazine illustré ultra catholique intitulé "Le Petit Vingtième" et dirigé par le très autoritaire abbé Norbert Wallez .

Mais la période la plus heureuse de son adolescence se déroula dans un organisme laïque, les boys-scouts de Belgique, où Renard curieux (son totem) de la patrouille des écureuils pourra s'exercer au dessin  dans différents pays d'Europe.

Hergé est belge, et donc en Belgique il y a un roi catholique et régnant qui fort logiquement détient toute autorité sur l'empire colonial belge, et le peuple aime son roi et à mon avis, Hergé aussi...


Pour revenir à l'abbé Wallez, c'était un ultra, tendance facho et adorateur de Mussolini, et c'est donc tout naturellement qu'il demanda à son jeune dessinateur une histoire anticommuniste, de là est né Tintin chez les Soviets, et c'était en  1929.

C'est aussi grâce à certain Léon Degrelle, correspondant du Petit Vingtième au Mexique, qu'Hergé découvrit les bulles issues des comic strip américains, de-là naîtront les débuts de la bande-dessinée franco-belge.

Degrelle est un personnage important de la vie d'hergé, mais qui était-il exactement?


Léon Joseph Marie Ignace Degrelle (15 juin 1906 à Bouillon, Belgique –31 mars 1994 à Malaga, Espagne) était un écrivain, journaliste et directeur de presse au sein de la mouvance catholique belge. Il entama ensuite une carrière politique, en fondant le mouvement Rex, au départ parti nationaliste proche des milieux catholiques, qui devint rapidement un parti fasciste, puis durant la Seconde Guerre mondiale, se rapprocha du national-socialisme, pour finir dans la collaboration avec l'occupant allemand. Combattant sur le front de l'Est avec la 28e division SS Wallonie, il termina la guerre en tant que SS-Obersturmbannführer et Volksführer der Wallonen. Exilé en Espagne en 1945 et naturalisé en 1954, il y vécut près de cinquante années en construisant sa propre légende et s'érigeant comme un ardent défenseur du nazisme et des thèses négationnistes. Il s'imposa comme une référence de l'extrême droite.

1931, après avoir convaincu l'abbé que son héros "Tintin", doit absolument combattre la pègre américaine, le Petit Vingtième publie les aventures du petit reporter au pays des indiens.

Juste avant, en 1930, Tintin était allé au Congo à la demande de l'abbé Wallez.

Le but de l'album était évidement politique, puisqu'il s'agissait d'asseoir et de conforter auprès des jeunes générations le colonialisme et le catholicisme belge dans ce pays.


Et dans le même temps ou presque (1931) et en parallèle, la  république  laïque gouverné par le président Gaston Doumergue (qui en plus était socialiste), exhibe les populations de ses colonies grâce à l'exposition coloniale internationale se déroulant au bois de Vincennes.

Ce qu'il faut savoir, c'est qu'à l'époque, la très grande majorité des français ne se souciaient pas de ces colonies lointaines qui ne reflétaient absolument pas leur mode de vie.

D'où cette immense opération de propagande que fut l'exposition, elle dura six mois (mais la 1ère pierre fut posé dès 1928) sur 110 hectares et attira 34 millions de visiteurs dans un pays qui en comptait alors 40 millions, excusez du peu (Doumergue chantre de la colonisation, ça c'est certain).


L'Exposition coloniale de 1931 à Vincennes -... par bd-blogeur

Voici donc posées les bases de l'environnement familial, professionnel, national et même international, dans lesquelles évoluait Hergé depuis son adolescence, et franchement, il fallait avoir une très grosse personnalité pour ne pas se laisser complètement bouffer  par tous ces gens et encore plus pour oser sortir des sentiers battus et tout tracés que l'on lui destinaient et j'imagine fort bien que les conflits petits et gros ont dû être nombreux.

Mais continuons notre chronologie...

1932 verra la publication des "Cigares du Pharaon" où Tintin continue d'explorer le monde en luttant cette fois contre des trafiquants de drogue.

On notera le goût d'Hergé pour faire voyager son jeune héros et lui faire découvrir de nouvelles cultures, ainsi qu'une constante, Tintin combat toujours le mal, oui mais le mal organisé, pas de petit truand isolé, c'est Tintin qui est toujours seul face aux mafieux du monde entier...

Et nous sommes maintenant en 1934, là où s'affirme le trait de caractère du jeune dessinateur!

En effet, alors qu'il est lui-même issu d'un pays colonial, Hergé n'hésite pas à prendre le parti des chinois contre le Japon et à dénoncer le comportement des européens présents en Chine, tout en se moquant de la SDN. Il poussera le perfectionnisme jusqu'à afficher des messages indépendantistes cachés dans les idéogrammes chinois qui illustrent ses planches.

L'album suivant sera "L'Oreille Cassée", où Hergé (qui a subit des pressions suite au Lotus Bleu) s'éloigne de la problématique européenne pour aller en Amèrique du Sud, où il invente pour la première fois deux pays imaginaires, idée qui sera repris pour le Sceptre d'Ottokar.

Nous sommes en 1936 et je crois bien qu'il se moque à couvert à la fois de l'extrême gauche et de l'extrême droite, avec ces généraux qui se succèdent à tour de rôle et qui libèrent leur peuple en fusillant une bonne partie de celui-ci.

Reste que la morale est toujours présente en dénonçant les marchands de canons à travers le personnage de sir Bazil Zaharoff, personnage réel qui était Grand Officier de la Légion d'honneur de la république et Baronnet compagnon du très honorable "Ordre du Bain" de sa très gracieuse Majesté .

De son coté, depuis 1934, à la tête du mouvement REX, Degrelle se montrait de plus en plus politique jusqu'à rencontrer Mussolini et Hitler en cette même année 1936. Degrelle avait crée son journal Le Pays réel. C'est durant cette période que Hergé prit du recul avec le leader rexiste, puis pendant la guerre il refusa de participer aux planches du journal dont le chef venait d'incorporer la SS.

1937 est l'année de "LÎle Noire", où le germanophone Dr Müller fait sa première apparition en tant que chef d'un gang de faux monnayeurs, of course, Tintin leur met la pâtée!

Et enfin voici l'année 1938, Hitler est au pouvoir en Allemagne, le bruit de bottes s'entend déjà depuis la Belgique, et il y a des sympathisants nazis dans l'entourage d'Hergé, et pourtant il crée le "Sceptre d'Ottokar", avec son méchant Müsstler, contraction de Mussolini et d'Hitler ou encore Mussert et Mosley.

Un an pile poil avant l'invasion de la Pologne, il fallait oser, Hergé l'a fait!

Au fait, la St Wladimir, c'est slave, non?

Relisez bien le message...  Si il date de 1938, c'est plus que visionnaire...

Mais encore, près de quarante ans après la parution de l’album, un sceptre ayant appartenu au roi Ottokar II de Bohême a été découvert lors de la restauration de la cathédrale St Guy à Prague...


Alors Hergé "Chantre de la colonisation", il fallait oser, le "Monde" l'a fait!

Amaïh Blumenfeld! Amaïh Potet!