Méli-mélo d'opinions, vraiment très géo-politiquement incorrectes, caricatures, cartes, photos et vidéos... You can to translate in English... Welcome!

mardi 11 octobre 2011

2012, et pourquoi pas le Déluge? 2012, and why not the Flood?

Aujourd'hui je vais vous présenter une BD paru au cours de cet été pluvieux et qui justement va nous mettre les pieds dans l'eau, puisqu'il sagit ni plus ni moins que du thème du déluge.

Mais là, en l'occurence, il s'agit aussi d'un retour vers le futur, puisque l'histoire se déroule à une époque postérieure à la nôtre et comme de bien entendu, post-apocalyptique, ce qui ne doit pas nous empêcher de revisiter un peu les fondamentaux en relisant les bases de notre histoire.



La race humaine était devenue décadente, à un tel point que Zeus décida de provoquer un déluge. Il choisit Deucalion et Pyrrha, les seuls humains justes pour construire un bateau qui accueillera les animaux. Le déluge dura 9 jours et 9 nuits.



Quand Deucalion et Pyrrha retournèrent sur la terre ferme, ils se cachèrent le visage, et jetèrent derrière eux des cailloux. Les cailloux lancés par Deucalion se transformèrent en hommes, et ceux lancés par Pyrrha se transformèrent en femmes. Le premier homme se nommait Hellèn, d'où la civilisation des Hellènes (source http://www.egypte-antique.com/grece/cosmo.php).

A savoir également que les tablettes en écriture cunéïforme  de Mésopotamie en parlent  à travers l'épopée de Gilgamesh.

Le récit du déluge figure sur la onzième tablette. Il est fait par un homme, Utanapishtim, qui dit avoir été informé par le dieu de la Sagesse que l'assemblée des divinités a décidé de détruire l'humanité...

Là où ça ce complique un peu dans notre aventure, c'est que les auteurs, respectivement Pona et Hervas, aiment bien mélanger la mythologie en y ajoutant un Jason (sans les argonautes pour le moment) et une sirène ou un ange (puisqu'elle tombe du ciel) dénommée Normaée.









Mais notre Jason, qui est un peu gitan des mers, est beaucoup plus intéressé par l'Or que par la Toison (quoique)...

 Ce qui n'est pas vraiment facile dans ce monde où pullulent des Léviathan, serpents très certainement élevés aux hormones dans des eaux qui doivent se situer non loin de Fukushima.

A cela s'ajoute une bande de néo race supérieur (encore) et d'autres quidams en descendance directe de l'équipage du Hollandais Volant sortis tout droit du film Pirate qui en plus obéissent à leur reine qui est très certainement apparentée à Circé, mais qui s'appelle Coriolis, et là, je vois pas les fées, heu, l'effet du pourquoi du comment, mais bon, c'est en deux tomes...



J'adore ce mélange des genres, j'adore le graphisme, à commander très vite chez BD-Fugue.



Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Write your opinion!