mardi 24 mai 2011

Clathrates, dégats & World Compagnie


Alors là je dis bravo, bravo à Fred Duval, car rarement album bd aura collé autant à l'actualité.

C'est presque un mixte de scénario Hergé/Jacobs, presque parce que j'ai quand même quelques critiques à émettre.

Mais commençons par le début, Duval met en scène un scénario qui serait validé à coup sûr par les puissances du coté obscure qui nous gouvernent.

Profits gargantuesques (c'est le moteur), géopolitique, mondialisme et conséquences écologiques s'enchaînent comme un déballage de poupées russes.

D'ailleurs, si l'album était paru avant la catastrophe de Fukushima, l'auteur aurait certainement reçu la palme du meilleur Nostradamus 2011.

Et là vous me dites: "Mon gars, arrêtes de broder et va directement dans le vif du sujet";

Ok, ok, ok!

Les clathrates donc sont du méthane piégé au fond des océans dans des quantités gigantesques et qui pourraient bien assurer notre avenir énergétique.

Et donc , des multinationales avides et sans scrupules, veulent les exploiter sans vraiment se soucier des conséquences environnemental et des populations locales, un peu comme pour les gaz de schiste.

C'est là que notre héroïne, recrutée par Dommy, intelligence artificielle de son état (bonjour Travis) va empêcher les seigneurs Sith mondialistes de faire des ronds dans l'eau pour mieux les re-tourner en bourriques.

Et pour ce faire, notre Carmen, va se faire aider par le grand sorcier Kanak, puisque l'action se déroule en Nouvelle-Calédonie, grâce à son paganisme avéré qui lui vaut statut de VIP.

Tout irait bien dans le meilleur des mondes, sauf qu'il n'y a pas d'hydrates de Méthane dans ces eaux, mais plutôt des nodules polymétalliques.

Bon, ce n'est pas très grave, sauf qu'en plus Duval nous ressort le cliché du méchant blanc contre les gentils sauvages avec en prime un énième procès à charge contre la France.



Et alors là je dis stop! Il y a de jeunes générations qui sont fans, et il faut cesser de toujours orienter leurs idées.

Bon déjà dans le Pacifique, c'est des gros guerriers qui étaient sans-cesse en guerre les uns contre les autres, et le perdant de la tribu voisine, qui souvent était un oncle ou un cousin avait pour habitude de finir dans la casserole du vainqueur.

Ensuite, choisir des fonctionnaires internationaux de l'ONU ou de l'UNESCO pour sauver le monde, fonctionnaires qui prennent leurs directives des politiques qui eux-mêmes sont aux ordres des multinationales, c'est pas franchement une bonne idée.

Enfin, quand on est soi-même héritier du génie de la bd franco-belge, pourquoi sans cesse faire le procès de ce pays qui a produit tant de talents?

Syndrome de la pensée unique qui nuit gravement à la pensée tout court!

Étant moi-même gros païen devant le Père Noël, je ne peux que m'indigner, que ce soit devant le tribunal de dieu ou le procès stalinien, parce qu'en faîtes c'est la même chose. 

Et j'invite l'auteur a bien méditer l'actualité de ces derniers jours, où l'on comprend bien que les seigneurs Sith (j'y reviens) se cache toujours derrière le masque d'un humanisme bien pensant.

Bon, que tout ceci ne vous empêche pas d'acheter l'album, ne serait-ce que pour vous faire votre propre opinion.

Mais souvenez-vous... La vérité est ailleurs!



Et pour finir, une petite entrevue avec l'intéressé: http://www.bdtheque.com/interview-fred-duval-59.html