Méli-mélo d'opinions, vraiment très géo-politiquement incorrectes, cartes, graphismes, et vidéos... You can to translate in English... Welcome!

vendredi 3 décembre 2010

Au pays des zélées Harpies...

... Il y a des méchants et des gentils
-des tout riquiquis
-qui font pas d'chichis
-pour te réduire en charpie
-un peu d'astuce, d'espièglerie
-t'es chez les Harpies...

Bon, ceci étant dit, notre sujet s'appelle Atalante et non Candy.

Et elle est l'oeuvre d'un petit gars, qui fait crisser ses crayons et criser ses lecteurs sous les jupes folles des amazones, car Crisse est son nom (Oula, j'ateinds des sommets olympien là). Du coup, Homère à l'estomac dans son talon, tant l'auteur et son Panthéon lui font des noeuds à ses propres myrmillons. Tandis que notre héroïne devient son Pygmalion (ça y est, chui chaud), semi divine Galatée et splendide muse de notre histoire, sous nos regards avides, eux-même troublés par nos esprits candides (ou l'inverse).

Mais (re) bon, parlons de nos moutons, aboutissement (donc seulement à la fin) de cette histoire où la plupart des figurants sont de zélés ailés parfaitement fêlés (dixit "l'eusses tu cru" célèbre restaurant de Rome  pour ses menus de Pâques).

Les chiens, les chats (enfin les gros chats), les chevaux, les taureaux, les filles, les gars, tout y passe et même certains y trépassent.

Cette odyssée la est une galère avec cinquante bonshommes à bord pour une seule fille, et en plus y sont tous grecques (d'où certainement certaines rumeurs pluri-millénaires).
Le récit nous ramène une fois plus du coté du Bosphore, où les lascars s'embarquent le lard pour aller chercher une toison d'or dans un patelin nommé Colchide, à ne pas confondre avec colique dont néphrétique n'était pas le surnom  d'une certaine reine d'Egypte, mais là, je m'égare.

Et donc les gars lui font le coup de la panne à chaque fois que possible, et ce coup-ci y ont faim parce que plus rien à manger.
Le prétexte est petit je vous l'accorde, mais en même temps la plupart ne sont que demi avant d'être dieu.

Mais pas de bol et manque de pot, les autochtones n'ont rien à becter non plus, car bien-sûr à partir d'une galère, l'ont finit par atterrir sur une île (si, si, c'est très logique).

Île où sévissent de furieuses harpies très très hardies, qui, certainement en manquent de mâles kidnappent les deux seuls potes d'Atalante pourvus d'ailes (les potes, pas Atalante), Zétès et Calaîs fils de Borée (le vent du nord).


Ce qui induit l'obligation de se rendre sur l'île volante de Miramax, Un remix de Disneyland, les monstres en plus et en vrais!

Ensuite, il ne lui reste plus qu'a séduire un taureau encore ailé du nom d'Andros (qui n'est franchement pas de la tarte), afin de monter un canasson tout aussi ailé pour secourir ses copains qui le sont tout autant.

De là à penser qu'à l époque, tout le monde s'envoie en l'air pour un rien, il y a un pas que je ne franchirait pas (sauf peut être équipé d'un bon gros parachute).

Et oui chers amis, c'est cela les tragédies antiques,ça vol haut, d'ailleurs le titre de l'album c'est justement "l'envol des Boréades".


Voila, le dessin est génial, l'humour et la culture omniprésents, bref (comme pépin) que du bon!





 


Les racines du futur se ressourcent dans le passé...