Méli-mélo d'opinions géo-politiquement incorrectes, caricatures et vidéos, in french and english!

lundi 30 août 2010

1932 Tintin en Amérique

L'album sera pré publié en noir et blanc dans le "Petit Vingtième" du 3 septembre 1931 au 20 octobre 1932.

Après avoir combattu le gang d'Al Capone au  Congo, Tintin arrive à Chigago où il se fait directement kidnapper par les maffieux de la prohibition.

C'est le seul album qui met en scène un personnage ayant réellement existé.



Lors de la création de l’album, Hergé voulait principalement faire tourner l’histoire autour des Indiens d’Amérique pour qui il éprouvait une grande fascination. C’est ainsi qu'il crée en une vignette un pamphlet dénonçant la violence faite aux Amérindiens. On y voit ainsi des soldats américains expulsant baïonnette au canon des Indiens tirant après eux leurs papooses, eux-mêmes traînant leurs poupées et ceci après la découverte d’un puits de pétrole pour lequel des surenchères financières étaient faites à l’explorateur blanc. Cette séquence ne fit pas l’unanimité quand l’album fut réédité mais il ne voulut jamais la supprimer.

L'histoire se termine par la victoire de Tintin, of course, dans le plus pur style des chutes hollywoodienne, où le héros victorieux est acclamé par la foule.



En 1946, l'album paraîtra en couleur.

La couverture gouachée de 1932, se vendra en 2008 aux enchères pour 780.000 euro. La gouache était la pièce maîtresse d'une vente consacrée exclusivement au 9e art. Elle comprenait en outre plusieurs dessins d'Hergé datant des années 1950.


Hergé n'aura dessiné dans sa carrière que cinq couvertures gouachées pour les aventures de Tintin, à savoir Tintin au pays des soviets, Tintin au Congo, Tintin en Amérique, Les cigares du pharaon et Le lotus bleu.

Puzzle chez Nathan




La gouache avait été originellement offerte dans les années 1930 à une vieille dame. Conservée dans une malle, elle n'en sort finalement que 50 ans plus tard pour être vendue à un collectionneur belge. Elle est cédée peu après à un collectionneur étranger qui l'a remit en vente.






vendredi 27 août 2010

Hauteville Housse, tome 1, Zelda!


Vous connaissez Travis et Carmen Mc Callum? Si oui, alors vous connaissez Duval, c'est leur scénariste.

Bon alors vous allez aimer Hauteville House, c'est du Jules Vernes avec des dieux Aztèques, des monstres préhistoriques et du paranormal activity.

Question cumul, je pense que ce scénariste tombe sous le coup de la loi.

Le héros s'appelle Gavroche, il squatte la demeure de Victor Hugo à Guernesey.

http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/europe/VictorHugo.htm
 Si vous savez, VH, l'auteur à succès, républicain réfugié chez la reine (ça m'a toujours fait rire), et Napoléon III , lui est un gros méchant, ce qui historiquement n'est pas vraiment vrai.

Ceci dit, l'histoire, elle, est vraiment bonne, se lisant et se relisant avec un très grand plaisir.

En fait c'est encore un univers parallèle comme dans le "Grand Jeu", mais où toute la techno à un coté rétro, façon cuivre et boulons, ce qui d'un point de vu esthétique est charmant.

D'ailleurs, je soupçonne l'auteur de s'être fortement inspirés des "Mystères de l'ouest" pour vous donner une petite idée encore plus précise de l'atmosphère de cette BD.


Pour commencer cette histoire, le récit s'inspire de l'expédition de Cortès au Mexique écrit par se dernier. Mais là où est l'astuce, c'est que l'eldorado est un mensonge destiné à égarer le lecteur car il y a des écrits cachés, et en fait le véritable trésor est une arme redoutable, cadeau du dieu "Quetzalcoatl" aux indiens, pour les remercier de lui avoir construit la cité de Tulum.

La dessus débarque, encadrés de légionnaires, les frères Lumière, heu, pardon, les frères Mauguy qui pigent tout à la mécanique céleste des dieux Aztèques et qui bossent bien sur pour Napo le troisième.

Mais chut, je ne vous en dit pas plus...




Code secret des aztèques part 1 (arte )
envoyé par strangeareas. - Regardez les dernières vidéos d'actu.
 
 

NAPOLEON III
 En 1862, commence l’expédition française au Mexique. L’Empereur a décidé de créer un empire catholique pour contrebalancer le pouvoir des Etats-Unis protestants. L’Angleterre et l’Espagne se joignent à lui. Les pays d’Europe tentent donc de renverser le président actuel du Mexique (Juarez) et de le remplacer par un empereur. En 1863, Maximilien d’Autriche devient Empereur du Mexique. Bien qu’un nouveau gouvernement soit installer au Mexique, l’armée française reste sur place pour contenir les troupes républicaines de l’ancien président. Non seulement, Maximilien ne parvient pas à s’imposer à son peuple mais la dette vis à vis de la France ne cesse d’augmenter. En avril 1865, la guerre de Sécession prend fin aux États-Unis d'Amérique permettant au gouvernement américain d'apporter son soutien aux troupes rebelles menées par Benito Juárez. L'ampleur de la résistance mexicaine et l'appui des États-Unis à celle-ci obligent Napoléon III à ordonner le 15 janvier 1866 l'abandon de Mexico, Puebla et Veracruz.  Le 12 février 1866, les Etats-Unis lancent un ultimatum à Napoléon III : si la France n’abandonne pas le Mexique, Washington menace de lui déclarer la guerre. Face à la pression américaine, Napoléon rappelle ses troupes en mars 1867.  Le dernier navire français quitte les rives du Mexique, laissant derrière lui l'Empereur Maximilien qui a refusé d'abdiquer. Fait prisonnier à Santiago de Querétaro, il est exécuté le 19 juin 1867.
Conspiration et franc-maçonnerie
En 1851, Napoléon III met fin à la Deuxième République. Le Second Empire commence. Comme son oncle l'avait fait avant lui, il offre sa protection à la franc-maçonnerie française, tout en la mettant sous tutelle.
En 1870, on compte environ 18000 francs-maçons au Grand Orient de France et 6000 au Rite écossais.

En mars 1871 commence la Commune de Paris, dans laquelle les francs-maçons de la capitale s'impliqueront fortement. Le Frère Thirifocq, militant socialiste, membre de la loge « le libre Examen » du Suprême conseil de France demande que les bannières maçonniques soient plantées sur les remparts et qu'elles soient « vengées »  dans le cas où elles seraient trouées par les balles des Versaillais. De nombreux francs-maçons figurent parmi les révolutionnaires, dont Jules Vallès ou Élisée Reclus. Le 29 avril 1871 eut lieu une grande manifestation rassemblant devant les forces versaillaises plusieurs milliers de francs-maçons des deux obédiences derrière des dizaines de bannières. Cette manifestation fut suivie de l'entrevue entre les deux émissaires de la Commune (dont Thirifocq) et Adolphe Thiers, qui se solda par un échec puis par l'écrasement de la Commune par les Versaillais. Contrairement à celles de Paris, les loges de province ne soutinrent pas la Commune et, dès la fin de celle-ci, le Grand Orient désavoua officiellement l'action des loges parisiennes pour se rallier à Thiers et à la Troisième République dans laquelle il fut amené à jouer un rôle de premier plan.

Le 8 juillet 1875, Jules Ferry (futur ministre de l'Instruction Publique de la République) et Émile Littré (auteur du dictionnaire éponyme) sont initiés par la loge « la Clémente Amitié ».


jeudi 26 août 2010

1930 - Tintin au Congo

Au début des années 1930, Hergé participe peu au supplément Votre Vingtième, Madame, y réalisant des couvertures d'esprit « art-déco » assez étonnantes. C'est l'image de la femme libérée de l'entre-deux-guerres qui transparaît ici, influencée par les années folles venues tout droit des États-Unis. Le dessinateur dresse des portraits de femmes faisant du sport, pilotant une automobile ou encore un bateau.

À partir de la fin des années 1920, Georges Remi officie comme illustrateur pour plusieurs romans, bien souvent dans le sillage du scoutisme catholique. Le premier d'entre eux est L'Âme de la mer (1927) de Pierre Dark, un ancien compagnon de scoutisme. L'année suivante, il illustre Mile, histoire d'un membre de patronage de Maurice Schmitz, un ouvrage à succès. Enfin, il s'associe à l'édition de l'Histoire de la guerre scolaire (1932) de Léon Degrelle.

En parallèle de ces activités, Hergé réalise des centaines de publicités : le lettrage et la composition sont toujours au rendez-vous. Parmi elles figurent une affiche de 1928, la « Grande Fancy-Fair : organisée au profit des écoles libres de la paroisse Saint-Boniface », mais aussi des illustrations pour des marques d'amplificateurs (Modulophone, 1930), de tapisseries (J. Lannoy fils, 1928), de magasins de jouets (L'Innovation, 1931)… Ce travail en parallèle d'illustrateur renforce davantage sa technique et sa précision dans la composition de ses bandes dessinées.

Tintin au Congo

L'histoire se déroule pendant l'époque coloniale. Dans le cadre de son travail de journaliste, Tintin, accompagné de son chien Milou, se rend en paquebot au Congo, la grande colonie belge de l'époque. Tom, un homme embarqué clandestinement sur le même bateau, va tenter plusieurs fois de le tuer une fois qu'ils seront arrivés à bon port.


Une suite de péripéties amène Tintin au royaume des Babaoro'm, où il devient le sorcier attitré. Il découvre que les hommes blancs qui veulent sa mort (notamment Tom) sont des gangsters affiliés à Al Capone, qui veut contrôler la production de diamants au Congo.

Dans les années 1930, le Congo représentait un véritable Eldorado pour la Belgique. Le Congo, quatre-vingt fois plus grand que le pays qui le colonisait, avait un sous-sol extrêmement riche. À cette époque, le territoire manquait de main-d'œuvre. La tendance de l'époque était donc de faire de la publicité pour ce pays.


Hergé affirma plus tard que lors de la création de Tintin au Congo, tout comme pour Tintin au pays de Soviets, il vivait dans un milieu plein de préjugés. C'est d'ailleurs la particularité de Tintin au Congo : l'album, bien loin des prises de positions anti colonialistes qui apparaissent dans l’œuvre d'Hergé dès le Lotus bleu, est rempli de stéréotypes typiques de la vision qu'avaient de l'Afrique les Européens à cette époque.

Hergé déclarera ainsi à propos de l'album :
« Pour le Congo tout comme pour Tintin au pays des Soviets, il se fait que j’étais nourri des préjugés du milieu dans lequel je vivais… C’était en 1930. Je ne connaissais de ce pays que ce que les gens en racontaient à l’époque : "Les nègres sont de grands enfants, heureusement que nous sommes là !", etc. Et je les ai dessinés, ces Africains, d’après ces critères-là, dans le pur esprit paternaliste qui était celui de l’époque en Belgique. »






 

Mais remettons les choses dans leur contextes. 1929 crise de Wall Street, plus que jamais les pays colonisateurs européen prennent conscience de l'importance des matières premières de leurs colonies dans une économie mondiale qui s'enfonce.
Mais gros problème pour ceux qui veulent accroître le poids économique des pays colonisés, les européens, dans leur très grande majorité s'en désintéressent comme de leur première paire de chaussettes, à l'image de Clémenceau qui préférait récupérer l'Alsace et la Lorraine plutôt que de se soucier d'Afrique ou autres.
En France, une méga opération de propagande fut organisé sous la forme d'une exposition coloniale internationale.

 Et méga est bien le mot qu'il convient, tant tout y était surdimensionné, 6km de long, 3km de large, et au total, 110 hectares de pavillons ouvrent leurs portes dans le bois de Vincennes le 6 mai 1931.

L'opération est un succès avec 34 millions de visiteurs en six mois.

Voila donc le contexte dans lequel Hergé se trouvait à ce moment la, de plus, n'oublions pas non plus qu'il était sous les ordres de l'abbé Wallez qui lui avait commandé l'album, et l'église et les missionnaire très présent sur ces territoires à christianiser, avaient certainement envie que leurs ouailles européens participent aussi à la mission civilisatrice en cours, ou tout au moins, la considèrent d'un bon oeil.


L'exposition coloniale
envoyé par Ali_La_Pointe. - L'info internationale vidéo.

D'ailleurs les laïques républicains et même gauchistes n'étaient pas en reste sur ce sujet la, puisque dès juillet 1885 , Jules Ferry avait prononcé ce discours à l'assemblée nationale:

-Jules Ferry:"Messieurs, il y a un second point, un second ordre d’idées que je dois également aborder, le plus rapidement possible, croyez-le bien : c'est le côté humanitaire et civilisateur de la question.



Sur ce point, l'honorable M. Camille Pelletan raille beaucoup, avec l'esprit et la finesse qui lui sont propres ; il raille, il condamne, et il dit : Qu’est ce que c'est que cette civilisation qu'on impose à coups de canon ? Qu'est-ce sinon une autre forme de la barbarie ? Est-ce que ces populations de race inférieure n'ont pas autant de droits que vous ? Est-ce qu'elles ne sont pas maîtresses chez elles ? Est-ce qu'elles vous appellent ? Vous allez chez elles contre leur gré ; vous les violentez, mais vous ne les civilisez pas.


Voilà, messieurs, la thèse ; je n'hésite pas à dire que ce n'est pas de la politique, cela, ni de l'histoire : c'est de la métaphysique politique... (Ah ! ah ! à l'extrême gauche.)


Voix à gauche. Parfaitement !

M. Jules Ferry.... et je vous défie – permettez-moi de vous porter ce défi, mon honorable collègue, monsieur Pelletan –, de soutenir jusqu'au bout votre thèse, qui repose sur l'égalité, la liberté, l'indépendance des races inférieures. Vous ne la soutiendrez pas jusqu'au bout, car vous êtes, comme votre honorable collègue et ami M. Georges Perin, le partisan de l'expansion coloniale qui se fait par voie de trafic et de commerce.


Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! il faut dire ouvertement qu'en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures... (Rumeurs sur plusieurs bancs à l'extrême gauche.)


M. Jules Maigne . Oh ! vous osez dire cela dans le pays où ont été proclamés les droits de l'homme !


M. de Guilloutet. C'est la justification de l'esclavage et de la traite des nègres !


M. Jules Ferry.Si l'honorable M. Maigne a raison, si la déclaration des droits de l'homme a été écrite pour les noirs de l'Afrique équatoriale, alors de quel droit allez-vous leur imposer les échanges, les trafics ? Ils ne vous appellent pas ! (Interruptions à l'extrême gauche et à droite. – Très bien ! très bien ! sur divers bancs à gauche.)


M. Raoul Duval. Nous ne voulons pas les leur imposer ! C'est vous qui les leur imposez !


M. Jules Maigne. Proposer et imposer sont choses fort différentes !


M. Georges Périn. Vous ne pouvez pas cependant faire des échanges forcés !


M. Jules Ferry. Je répète qu'il y a pour les races supérieures un droit, parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures... (Marques d'approbation sur les mêmes bancs à gauche – Nouvelles interruptions à l'extrême gauche et à droite.)


(Jules Ferry, alors Président du Conseil, prononce ce discours devant les députés français. Chargé des affaires étrangères depuis 1883, il a entraîné la France dans une politique de conquêtes coloniales. Quelques mois après la défaite de Lang-Son, en Indochine (28 mars 1885), qui a grossi le camp des adversaires de sa politique coloniale, Ferry s’exprime donc à l’Assemblée dans le but de convaincre les députés de la nécessité de poursuivre l’expansion coloniale.)

A suivre dans Tintin en Amérique...





Neige "FONDATION"


Parution de "Neige, Fondation", ce 25 août 2010 chez Glénat.

C'est une BD culte qui date des années 90 et que je n'ai jamais lu, voila ça y est c'est dit.

Je sais quand même que c'est de l'anticipation dont le sujet est l'écologie et que le scénariste Didier Gonvart, à écrit "le Triangle Secret" qui est une très bonne BD.

L'histoire qui se déroule dans un monde post apocalyptique est antérieur aux treize albums précédents.

Bon alors en attendant une prochaine investigation, je vous met la bande-annonce.






NEIGE FONDATION T1 / Bande-annonce
envoyé par GLENATBD. - Futurs lauréats du Sundance.









mardi 24 août 2010

Le Grand Jeu, tome 1


Encore du Pécau et toujours plus de mystères avec cette série intitulé le Grand Jeu, dont le graphisme, que j'aime beaucoup est signé Pilipovic.

Cette fois ci l'Histoire est parallèle, Hitler à fait la paix avec les alliés et sert de zone tampon entre Europe de l'ouest et URSS.

L'arctique y est une zone démilitarisée avec interdiction à tous d'y poser le moindre orteil, ce que bien sur personne ne respecte.

Car il se passe de drôles de choses au pays des Inuits, des portes qui s'ouvriraient sur un infamonde, des trucs sorties tout droit de la mythologie scandinave.

Et la, pas de chance pour les froggies, le dirigeable Charles de Gaule se crashe à la verticale du no man's land, du coup c'est la guerre froide.

Petit clin d'oeil à Tintin chez les soviets (enfin c'est mon avis), c'est un journaliste français gagnant sa croûte chez France Soir qui est chargé de l'enquête.

Il sera accompagné d'un cabochard rouquin appartenant aux S.A.S. en guise de capitaine  Haddock et même d'une sorte de professeur Tournesol de l'occultisme travaillant pour les services secrets français.

Et c'est bien cette dimension fantastique qui rend la série passionnante, et si  l' Ahnenerbe n'évoque rien dans votre esprit, je me propose de combler cette lacune.



 
L' Ahnenerbe, Studiengesellschaft für Geistesurgeschichte « (Héritage des ancêtres, société pour l'étude des idées premières »), est créée par Heinrich Himmler le 1er juillet 1935. Sa présidence est d'abord confiée à un préhistorien renommé, Herman Wirth, puis, après le désaveu public infligé à celui-ci par Adolf Hitler, au doyen de l'université de Munich, Walther Wüst, spécialiste de littérature et de religions de l'Inde, le 1er février 1937. L'organisation, au service des idées mystiques d'Himmler, employait 137 savants et 82 techniciens (libraires, secrétaires, etc.). Wolfram Sievers, qui fut condamné à mort lors du procès des médecins de 1947, était nommé secrétaire général de l'Ahnenerbe par Himmler.


L'Ahnenerbe mit en place un grand nombre d'instituts de recherche. Outre l'archéologie, de nombreux instituts concernant la culture « indo-germanique » (c'est-à-dire « aryenne ») étaient créés, dans le domaine linguistique, religieux, juridique, etc. Des départements de biologie, de génétique des plantes, d'entomologie, de physique nucléaire ou de médecine traditionnelle étaient aussi créés. Un département de météorologie, dirigé par l'Obersturmführer-SS Hans Robert Scultetus fut aussi institué, à l'initiative d'Himmler, convaincu que la théorie de la glaciation éternelle d'Hans Hörbiger pourrait permettre des prévisions météorologiques à long terme.






Ahnenerbe Expeditions1
envoyé par TheStigma. - L'info internationale vidéo.
 

-A lire: The Dunwich Horror, H.P. Lovercraft



dimanche 22 août 2010

Hachette, en collaboration avec les éditions Moulinsart, propose une nouvelle collection aux amateurs de BD à partir du 26 août : la collection Prestige Tintin.


Celle-ci propose de plonger dans l’univers de l'incontournable petit reporter, de revivre ses aventures, de découvrir les secrets. A chaque numéro, les collectionneurs retrouveront : une aventure de Tintin en DVD, mais aussi un livret à couverture rigide réalisé exclusivement pour l'occasion par les éditions Moulinsart, ainsi qu’une sélection de 3 illustrations issues de la bande dessinée en tiré–à-part.

Composée de 34 numéros, la collection comporte les 21 épisodes de la série animée Tintin en DVD. A partir du N°22, les longs métrages, live et animés, ainsi que des documentaires pour en savoir plus sur Tintin et sur son créateur.

Disponible en kiosque à partir du 26 août : le n°1 avec le coffret de rangement des DVD à 2,99 €, le n°2 à 5,99 €, les suivants à 9,99 €. Une formule d'abonnement sera également disponible.

Au menu des DVD :

Dessins animés

Le Lotus bleu

Tintin au Tibet

Les 7 Boules de cristal

Le Temple du soleil

Objectif Lune

On a marché sur la Lune

Le Secret de la Licorne

Le Trésor de Rackham le Rouge

L’Oreille cassée

L’île Noire

Le Sceptre d’Ottokar

Le Crabe aux pinces d’or

L’étoile mystérieuse

Tintin au pays de l’or noir

L’Affaire Tournesol

Coke en stock

Les Bijoux de la Castafiore

Vol 714 pour Sydney

Tintin et les Picaros

Les Cigares du Pharaon

Tintin en Amérique



Longs métrages

Tintin et le lac aux requins

L’Affaire Tournesol

Tintin et les Oranges bleues

Le Temple du soleil

Tintin et le mystère de la Toison d’Or



Documentaires

Moi, Tintin

Tintin et moi



Film d’animation

Le Crabe aux pinces d’or



Reportages

Sur les traces de Tintin N°1

Sur les traces de Tintin N°2

Sur les traces de Tintin N°3

Sur les traces de Tintin N°4

Sur les traces de Tintin N°5

L'Histoire secrète volume 18: "La fin de Camelot"

Ce volume nous rappelle  des évènements qui ont participé activement à l'Histoire du XX ème siècle et dont deux des principaux personnages deviendront après leur mort de  véritables légendes. J'ai nommé Howard Hughes et John Fitzgerald Kennedy plus un troisième du nom de Charles Manson, tristement célèbre pour avoir fait assassiner Sharon Tate, la femme du cinéaste Polanski. Enfin, dernier protagoniste, un certain Lee Harley Oswald et une certaine balle magique.
Commençons par le Roi Jaune.

Howard Robard Hughes, né officiellement le 24 décembre 1905, meurt complètement fou le 5 avril 1976.

Ayant hérité à 19 ans de la fortune familiale, il sera homme d'affaires, mais aussi aviateur, producteur de films et constructeur aéronautique.

Très actif en politique, on disait de lui qu'il faisait Amérique , il entretiendra également des liens avec la mafia, pour finalement craindre la Cosa Nostra comme la peste.

Hughes qui rachètera plusieurs casinos à Las Végas y finira sa vie, cloîtré dans une chambre d'hôtel, entouré d'un personnel uniquement mormons et dirigeant la totalité de ses affaires par télex et par téléphone, phénomène sans précédent dans l'histoire.

Il passa les huit dernières années de sa vie alité toute la journée en regardant des films, vivant nu, drogué à la morphine puis à la codéine (on lui avait prescrit de la codéine pour soigner des douleurs squelettiques liées à un grave accident dans un avion qu'il pilotait). Il ne coupait jamais ni sa barbe, ni ses cheveux, ni ses ongles.

À 70 ans, il avait perdu dix centimètres en taille et ne pesait plus que quarante kilos, souffrant d’insuffisance rénale, de malnutrition, et atteint d’une syphilis tertiaire qui lui avait endommagé irrémédiablement le cerveau. Sa mort fut annoncée le 5 avril 1976. On ne put l'identifier que par ses empreintes digitales, complétées de témoignages sur l'honneur de son personnel.

C'est aussi Howard Hugues qui a inspiré le créateur de Marvel en créant son personnage Iron man, un homme riche puissant, atteint d`une maladie et donc plus humain et le seul des personnages à être "humain" et sans mutations. D'autre part le personnage de Tony Stark est un grand séducteur tout comme Howard Hugues.

Voir: http://aviatechno.free.fr/constellation/hughes.php

video


L'assassinat de JFK soulève encore bien des questions restées sans réponses. Le plus hallucinant est cette fameuse balle magique, qui nous dit-on le plus sérieusement du monde, a dévié deux fois de sa trajectoire initiale pour finalement éclater le crane du président... Mais au fait, le tireur était il bien le vrai Oswald?




video
Assassinat JFK épisode 1 sur 3


Planche où sombre dans le lac Tahoe, um mystérieux sarcophage.



Charles Manson était il le deuxième tireur? C'est en tout les cas ce que nous affirme la BD pendant que le film "JFK" à voir et à revoir, nous affirme qu'il y en avait trois!

video
Charles Manson 1 sur 3



Enfin, dernier personnage, Harry St. John Bridger Philby (né le 3 avril 1885 à Badulla, Sri lanka - mort le 30 Septembre 1960 à Beyrouth, Liban), également connu sous les noms de Jack Philby ou Sheikh Abdullah, fut espion britannique, explorateur, écrivain, et ornithologue. Il étudia les langues orientales à Cambridge où il fut le camarade de Jawaharlal Nehru. Son fils Kim Philby fut un célèbre agent britannique, agent double pour l'Union Soviétique.

Comme il le dit dans son autobiographie, il fut le "premier socialiste" à rejoindre l'Indian Army en 1907 à Lahore. Il apprit à parler couramment l'ourdou, le panjâbî, le baloutche, et l'arabe. Il épousa sa première femme Dora en 1910, avec Montgomery comme témoin


Les sources de l'Histoire secrète:

-L'aviateur: La vraie vie de Howard Hughes de Charles  Higham  chez Calmann-Lévy.

-Philby père et fils, la trahison dans le sang d'Anthony Cave Brown chez Pygmalion.

-Lee Harvey Oswald, affaire classée d'Anthony Frewin chez le serpent à plumes.